Masquieres : les Chroniques

L'actualité de la vie à Masquières (Lot et Garonne)

Archive pour la catégorie 'Environnement'

- Soigneurs de terre

Posté : 5 février, 2016 @ 2:30 dans Environnement, Point de vue, Réflexions diverses et variées | 1 commentaire »

France 2 a diffusé dimanche dernier, après le journal, un superbe reportage sur l’activité de Claude et Lydia BOURGUIGNON.

Pour ceux qui ne les connaitraient pas, Claude et Lydia ont créé il y a plus de 25 ans un laboratoire de recherches agronomiques. En désaccord avec l’INRA où ils travaillaient tous les deux, ils prêchent une autre vision de l’agriculture, catastrophés qu’ils sont par ce qui se passe aujourd’hui dans les champs de France et du monde.

Quand on suit l’actualité, avec son cortège sans cesse renouvelé de manifestations d’agriculteurs (pardon d’exploitants agricoles, car ils exploitent la terre), ce reportage fait un bien fou !

Ne le manquez pour rien au monde et réfléchissez à l’avenir de nos enfants.

Le reportage de France 2

 

Bourguignon

Lydia et Claude Bourguignon

- Un Eco-hameau à Masquières, quelques informations !

Posté : 24 janvier, 2016 @ 10:12 dans A propos du Conseil municipal, Environnement, Point de vue | 1 commentaire »

Un Eco-hameau à Masquières, quelques informations !

 

L’association TERA implante son siège social à Lartel et lance le projet : « Un Eco-hameau pour le XXI° siècle ».

Le maire a reçu les porteurs du projet il y a 6 mois et c’est par hasard que nous l’avons appris. Devant l’absence de communication vers les conseillers municipaux de la part de la mairie, nous avons décidé de rencontrer les responsables de l’association afin de comprendre ce qu’était réellement ce projet.

L’association, forte de 400 adhérents, a pour vocation de « promouvoir la construction d’un Eco village dont 85% de la production vitale à ses habitants sera relocalisée dans le respect des humains et de la nature ». Elle est clairement dans la mouvance actuelle du développement soutenable visant à privilégier l’humain et la nature au détriment des modes de consommation débridés qui régissent beaucoup de domaines dans le monde actuel.

La partie initiale du projet est essentiellement un chantier école pour la construction d’une habitation bois démontable de 40m².

Le projet est avant tout une expérimentation de 10 ans, avec des phases de 3 ans très progressives. Il a démarré il y a 2 ans, et l’objectif des 3 premières années est l’élaboration d’un cahier des charges visant à définir les besoins fondamentaux des citoyens dans un éco village.

Les trois années suivantes seront consacrées à la construction d’une maison prototype en co-construction, puis d’un ensemble de 10 maisons pouvant accueillir une trentaine d’habitants. Ces maisons bois d’environ 40 m² seront totalement démontables et sans aucun impact sur l’environnement (pas de structures lourdes, pas de fondations, etc…). Bien au contraire, l’un des objectifs prioritaires de ce projet, c’est l’utilisation des ressources locales, particulièrement le bois.

Elles seront autonomes en énergie, réseaux et assainissement et conçues de façon à limiter le besoin énergétique.

En parallèle, les habitants installeront les jardins/serres inspirés des principes de la permaculture et permettant une autonomie d’alimentation, ainsi qu’une exploitation de maraîchage bio et la production de céréales.

Les bâtiments actuels seront rénovés et permettront l’accueil des volontaires du chantier participatif.

La suite du projet est beaucoup plus ambitieuse, car il s’agira d’essaimer ce type d’éco hameau sur d’autres lieux, dans d’autres communes afin de créer un éco village et formaliser dans des parcours de formation les techniques qui auront été validées lors du chantier-école.

Toutes ces idées peuvent paraître utopiques ou bizarres pour le commun des citoyens, mais il y a quelques points à préciser.

D’abord, l’association ne souhaite pas travailler « dans son coin ». Au contraire, elle ne veut développer ce projet qu’en accord avec tous les acteurs du territoire, habitants, élus, autorités diverses et variées, et dans un cadre juridique parfaitement maîtrisé, en accord avec les règlements en vigueur.

Pour ce faire, nous leur avons conseillé (mais ils y avaient déjà pensé) d’organiser une réunion publique à Masquières, réunion au cours de laquelle ils présenteront leur projet et chacun pourra poser ses questions ou exprimer ses remarques. Cela nous parait être la solution la plus intelligente pour comprendre ce qui est projeté, plutôt que de rentrer dans des blocages a priori, comme ceux que l’on voit apparaître ici ou là.

Ensuite, même si ces nouveaux projets, peut-être utopiques, remettent en cause un mode de vie actuel et peuvent interroger parfois par leur originalité, ils intéressent de plus en plus de citoyens en France. Ils représentent certainement un nouveau courant de vie, porté par une jeunesse soucieuse d’une meilleure qualité de vie et de nombreuses initiatives dont on parle peu émergent chaque jour dans notre pays. Il serait donc dommage dans notre société démocratique de ne pas les considérer, même si l’on n’adhère pas à la totalité des idées originales qu’elles portent. A notre avis, il vous mieux chercher à comprendre ce qu’elles peuvent apporter à notre société.

Donc, après l’entretien que nous avons eu avec les porteurs du projet, notre position actuelle est plutôt bienveillante à leur égard, quelques soient les rumeurs, souvent non fondées, propagées par quelques esprits inquiets. Nous espérons que nous aurons enfin une discussion sur ce projet en conseil municipal.

C. Bouyssou , J.L. Avequin, A. Bouyssou, P. Beaumier

 

 

- La vengeance des plantes zombies

Posté : 14 décembre, 2015 @ 7:27 dans Environnement, Réflexions diverses et variées | Pas de commentaires »

Dans le dernier numéro de l’excellente revue CLES, je suis tombé sur l’article ci-dessous que je soumets à votre appréciation.

ÉCOLOGIE

LA VENGEANCE DES PLANTES ZOMBIES

 Martine CASTELLO

 Les agriculteurs la voient comme la pire des mauvaises herbes, les écolos comme une punition : 1′amarante, la plante sacrée des Incas, symbole d’immortalité et dotée de multiples vertus diététiques, a décidé de réagir à l’agression dont elle est victime.

 

Pour survivre au plus puissant des herbicides inventés par l’homme – le glyphosate, plus connu sous son nom commercial de Roundup et épandu à haute dose sur les cultures OGM – la << mauvaise herbe » s’est transformée en super mauvaise herbe résistante. Tel un Terminator, le Roundup est censé tuer tous les végétaux, sauf les manipulés dont le patrimoine génétique a justement été transformé pour résister à ses effets délétères. Mais c’est oublier un peu vite l’intelligence des plantes…

 

Voleuse de gène. Depuis 1a naissance des premières plantations OGM, il y a trente ans, les mauvaises herbes ont trouvé la parade. Dans le cas de l’amarante, le phénomène a été étudié avec précision : elle a réussi à voler aux plantes manipulées leur gène de résistance aux herbicides.

La contre-attaque de 1′amarante mutante â commencé en2004, dans les grands champs de cultures de soja transgénique de Géorgie (Etats-Unis) où plus de 5 000 hectares ont dû être abandonnés. On la retrouve aujourd’hui dans toutes les zones de cultures OGM du Sud-est et du Midwest américains.

Elle produit des millions de graines minuscules, ses racines sont profondes, elle pousse de cinq centimètres par jour et résiste à tout. Les agriculteurs doivent l’arracher à la main quand ils n’abandonnent pas leurs récoltes.

 

Fuite en avant. Mais ce n’est pas tout. Car la plante zombie a fait des disciples. Chaque année, de nouvelles herbes mutantes s’épanouissent dans les champs de cultures OGM, en Inde, au Brésil, en Chine, en Argentine. Leurs mécanismes de défense sont efficaces et se transmettent à leur descendance. Le ministère de 1′Agriculture américain en a déjà recensé une trentaine. La firme Monsanto, qui commercialise le Roundup, ne nie pas le problème et propose comme remèdes de nouveaux cocktails d’herbicides et toujours plus de recherches sur les gènes de résistance pour OGM.

 

Mais la Fuite en avant est-elle une solution ?

amarante

 

- Le projet de méthanisation de BioVilleneuvois

Posté : 8 décembre, 2015 @ 9:24 dans A propos du Conseil municipal, Environnement, Point de vue, Réflexions diverses et variées | Pas de commentaires »

LE PROJET DE METHANISATION

Les conseillers municipaux de Masquières ont été dernièrement destinataires d’un document, transmis par la secrétaire de mairie, document qui s’intitule : EPANDAGE AGRICOLE FONROCHE III-1.

 Ce document est le résultat de l’enquête publique menée dans le cadre du projet de méthanisation de l’usine Fonroche de Villeneuve sur Lot.

 Merci à la mairie d’avoir transmis ce document, mais…..

 Il arrive un peu tard car il aurait été intéressant d’informer les conseillers municipaux avant l’enquête publique qui s’est déroulée l’été dernier.

Nul n’est censé ignorer la loi, c’est vrai et les affichages et publications ont été faits dans les règles, mais….

 

Ce projet va impacter directement Masquières et on aurait bien aimé en discuter en conseil et procéder à un vote comme beaucoup de communes l’ont fait. Cela s’est fait à Tournon et a mobilisé la population, nous verrons cela plus loin.

 

Pour commencer, et sans trop s’étendre, un peu d’explications techniques. La méthanisation est un procédé industriel de fermentation anaérobie (en absence d’oxygène), visant à obtenir d’une part du gaz méthane et d’autre part de la production électrique, à partir du traitement d’un certain nombre de déchets organiques divers et variés (déchets ménagers, agricoles, de station d’épuration,…).

 

Voici à quoi ressemble un process de méthanisation tel qu’il est dessiné par Fonroche :


 Méthanisation Fonroche

Dans le contexte actuel de réduction des énergies fossiles, ce procédé parait à première vue fort intéressant. Il valorise les déchets, fournit de l’énergie et permet d’économiser de l’énergie fossile.

 

Alors, pourquoi un certain nombre de citoyens ou d’élus ont émis de vives réserves ?

Ces réserves concernent pour l’essentiel « l’après production ». Le résultat du procédé est marqué numéro 6 dans le schéma ci-dessus, sous le doux vocable de « Valorisation du digestat ».

Le digestat c’est ce qui reste au final, un résidus humique (qui a rapport avec l’humus) dont la vocation est de servir de fertilisant agricole.

 L’objet de l’enquête publique, tel que son titre l’indique, est justement cet épandage agricole. Il faut commencer par stocker le digestat, puis l’amener sur les lieux d’épandage. Un « plan d’épandage » a donc été conçu et porté par la préfecture du Lot et Garonne. L’usine étant sur Villeneuve, l’épandage concernera 45 communes, jusqu’à Masquières, Thézac ou Courbiac.

La construction d’un silo de stockage sur la commune de Tournon d’Agenais a déjà provoqué moult débats et réunions, et une association de riverains a même été constituée.

 Si nous revenons à Masquières et aux réponses qui ont été faites par le maître d’ouvrage aux questions de l’enquête, que peut-on lire ?

 Pages 77 et 78 du document, Mr Elson de Cazideroque pose un certain nombre de questions légitimes, par exemple :

-        qui va financer l’entretien des voies communales, compte tenu de l’importance du trafic routier généré

-        il parle d’un « silo » de stockage à Masquières

-        il relève qu’aucun bassin de rétention du stockage de Tournon ,n’est prévu, alors que le Boudouyssou coule à 500m de là,

-        etc…

Sur le registre de Masquières, on trouve également les remarques de Mr Madelpuech de Cazideroque qui évoque de nouveau un silo à Masquières.

 Les réponses du maître d’ouvrage sont très techniques et très « bisounours ». Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et on vous garantit que tout sera testé, analysé, contrôlé !

 Le dossier consacré dernièrement par nos amis de la Feuille à ce sujet, révèle que tout n’est pas si clair. La qualité du digestat épandu est totalement fonction des intrants dans le système et mettre dans le digesteur des intrants non agricoles a pour conséquence d’introduire, par exemple, des métaux lourds dans ce qui sera épandu.

La Feuille note également que Fonroche Biogaz, à l’origine de Biovilleneuvois (ça fait un peu « greenwashing », non ??), est passée de 11 à 3 salariés et affiche un résultat de -2,9M€. Pas très rassurant, non ?

Enfin ils se font l’écho de dysfonctionnements survenus sur des installations de ce type dans d’autres pays européens ; explosions, incendies, pollutions,…

 

On veut bien croire à toutes les belles promesses des promoteurs de ce projet, mais alors pourquoi ce sentiment d’opacité, de non communication ? Pourquoi aucune discussion en conseil municipal ?

Est-ce parce que 55ha de terres agricoles vont être épandues sur Masquières, soit 1394 m3 de digestat ou 56 rotations de camions par an (Comme l’indique le maître d’ouvrage, page 100 du document) ?

Qui va épandre ? Le maire semble être partie prenante dans le projet.

Où vont circuler les camions ? Sur quels chemins ? Quels terrains seront épandus ? A quelle période ? Quels risques de pollution pour les cours d’eau en aval des terrains épandus (Question de Mr Angelys de Masquières sur le registre) ?

Les promoteurs du projet annonce une réduction des intrants chimiques, remplacés par l’épandage du digestat. Est-ce vrai ? Comment mesure-t-on cette réduction ?

Toutes ces questions auraient mérité mieux qu’un balayage du revers de la main lors de l’avant dernier conseil municipal.

 

Un maire soucieux de l’information des citoyens aurait, nous le pensons, organisé une réunion sur le sujet et, soyons fous, une réunion publique pour l’explication du projet, de l’impact sur la commune, etc…

 

Nous ne désespérons pas que cela se produise, il est juste un peu trop tard.


 

Christine Bouyssou, Jean Luc Avequin, Patrick Beaumier, André Bouyssou

 

 

- COP 21 – Initiatives locales

Posté : 26 novembre, 2015 @ 3:35 dans Environnement | Pas de commentaires »

COP21

 

Dans le cadre de la COP 21 (Sommet sur le climat) qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre, le CPIE Pays de Serres-Vallée du Lot vous propose un cycle de conférences, qui se déroulera à la Maison de l’Europe à Agen et sera diffusée sur les ondes d’Espoir Fm (104 Fm Tonneins-Marmande ; 93.1 Fm Agen).

Retrouvez ci dessous le programme des deux conférences organisées par le CPIE.

Lundi 30 Novembre à 18h30 : Conférence-débat sur l’énergie

L’Espace Info Energie du CPIE 47, en partenariat avec la radio Espoir FM, propose une conférence en public qui se déroulera le lundi 30 novembre à 18h30, à la Maison de l’Europe à Agen.

La thématique abordée sera en lien avec la conférence pour le climat qui se tiendra dans le même temps à Paris :

« La réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le résidentiel en Lot-et-Garonne »

Le débat sera animé par un conseiller Info énergie du CPIE Arpe 47 et mobilisera des intervenants de divers horizons :

- Alexandre Marestin : Conseiller Info Energie au CAUE 47
Monique Guittenit : Membre du Collectif Transition Energétique 47
Laurent Blot : Gérant de l’entreprise Ecolomique
Michel Esteban : Conseiller général en charge du Développement Durable de 2008 à 2015

Suite au débat, le public présent pourra poser ses questions aux intervenants présents.

Rendez vous à 18h30 à la Maison de l’Europe – Avenue Edouard Herriot, 47000 Agen.
Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles.

 

Mercredi 9 Décembre à 18h30 : Conférence-débat sur la BiodiversitéPréserver la biodiversité ce n’est pas seulement agir pour l’Ours polaire ou contre la déforestation; c’est aussi lutter en faveur des espèces très communes… car cette diversité est primordiale au maintien de la vie sur Terre. Aujourd’hui, de multiples facteurs dont l’empreinte de l’homme sur la nature, menace d’extinction plus de 16 000 espèces, animaux et plantes.

Pour répondre à ces problématiques, le CPIE Pays de Serres-Vallée du Lot, en partenariat avec la radio Espoir FM, organise une table ronde sur le thème :

« Comment préserver les écosystèmes dans lesquels peut s’épanouir la biodiversité? »

Une chargée d’étude Biodiversité du CPIE animera le débat, au cours duquel les différents invités présenteront les actions mises en place localement en faveur de la biodiversité :

- Jacques Bilirit : Vice-Président de Val Garonne Agglomération, Maire de la commune de Fourques sur Garonne et Conseiller départemental du Canton de Marmande
Laurent Couzi : Président de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) d’Aquitaine
Christophe Chambolle : Botaniste pour le CBNSA (Conservatoire Botanique National Sud Atlantique)
Thérèse Campas : Présidente du CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) Pays de Serres-Vallée du Lot
Stéphane Gatty : Agriculteur en Agroforesterie – Association Cultivons une Terre vivante

Cette table ronde aura lieu le Mercredi 9 décembre à 18h30 à la maison de l’Europe à Agen.
L’entrée est libre et gratuite.

Venez nombreux pour échanger avec les intervenants et mieux connaitre et comprendre les enjeux de préservation de la biodiversité.

- Crise de l’agriculture : quelques articles

Posté : 13 septembre, 2015 @ 7:43 dans Environnement, Point de vue | Pas de commentaires »

Les récentes manifestations, souvent violentes, des agriculteurs des filières de l’élevage ont largement occupé les médias tout l’été, jusqu’à la surdose.

mani-ff818

Cependant, un certain nombre de voix agricoles, peu entendues dans les médias traditionnels, se sont élevées avec un autre discours.

Le site Reporterre a publié un certain nombre d’interviews et de commentaires, dont j’ai plaisir à publier les liens ci-dessous :

- Le plan de Xavier Beulin qui va faire disparaitre les petits paysans

- Crise du lait : « Agrandir les élevages n’est pas la solution »

- L’aveuglement de la FNSEA est responsable de la crise agricole

Tous les commentaires utiles à la compréhension de ce dossier sont les bienvenus !

- CPIE : sortie brame du cerf

Posté : 13 septembre, 2015 @ 6:40 dans Environnement | Pas de commentaires »

Le CPIE Pays de Serres-Vallée du Lot vous propose une sortie nature brame du cerf, qui aura lieu vendredi 18 septembre.

Venez vivre un moment inoubliable à l’écoute du brame du roi de la forêt : le cerf, qui marquera par ses cris la saison des amours… En famille, entre amis, venez découvrir cet incroyable moment, en compagnie de David Lambottin, spécialiste de la faune sauvage.

Tarifs : 5 euros pour les non-adhérents, 3 euros pour les adhérents

Inscriptions obligatoires, nombre de places limité. Inscrivez-vous vite au 05.53.36.73.34 ou par mail à arpe.47@wanadoo.fr

Rendez-vous à 20h30 à Laurès, sur la commune de Laussou (au nord de Monflanquin)

 

Cerf

CerfCerf

- Chemins propres !

Posté : 17 juin, 2015 @ 3:12 dans Environnement, Manifestations | Pas de commentaires »

Le maire de Thézac relaie un appel à bénévoles lancé par l’association Verdus Sport Nature dont je vous livre le contenu ci-dessous :

 

« Verdus Sport Nature organise
Un nettoyage des bords de route autour des communes de THEZAC, MASQUIERES, TOURNON D’AGENAIS.
. Concrètement : VSN enrôle tout volontaire qui voudrait faire une petite promenade la matinée
du samedi 27 juin avec un sac poubelle à la main, pour ramasser canettes, barquettes,
bouteilles et frigos rouillés qui pourraient encombrer les fossés des petites routes et principaux
chemins de nos communes.
. Trois boucles sont prévues au départ et à l’arrivée de Thézac, longues de 11km, 10km et 6 km
environ. Un bénévole qui connaît l’itinéraire accompagnera chaque groupe.
. VSN fournira sacs poubelles et gilets fluos, pensez à apporter des gants.
. Un pique-nique sera improvisé à Thézac à l’issue de la matinée, on y mangera ce que vous
apporterez. Donc, pensez à emporter votre casse-croûte.
. RDV à Thézac à 8h30
MERCI DE CONFIRMER LA PARTICIPATION DE VOTRE ASSOCIATION EN INDIQUANT LE
NOMBRE APPROXIMATIF DE PARTICIPANTS.
PARTICULIERS : VOS ENFANTS SONT SOUS VOTRE RESPONSABILITE, IL VOUS FAUDRA
LES ACCOMPAGNER SUR LES CHEMINS.

. Informations : Philippe au 06 70 10 57 16

- Le CPIE propose des activités

Posté : 8 juin, 2015 @ 12:02 dans Environnement, Manifestations | Pas de commentaires »

Logo CPIE

Les 13 et 14 Juin : Visitez les jardins au naturel

Le CPIE Pays de Serres-Vallée du Lot
organise pour la  première fois cette année l’opération « Bienvenue dans mon jardin au naturel ». Cet évènement national crée par l’Union National des CPIE depuis 3 ans connait chaque année un succès dans la France entière.

Cette année, en Lot et Garonne, 7 jardins ouvrent leurs portes le week end du 13 et 14 Juin.
Ces jardins se trouvent sur les communes de Villeneuve sur Lot, Prayssas, Monsempron-Libos, Lacapelle-Biron et Vergt de Biron.

Rendez-vous sur http://mon-jardin-naturel.cpie.fr/ pour plus d’informations et pour découvrir la carte de localisation des jardins (disponible aussi sur www.biodiversite47.fr à la page des actualités).

 

Sortie Spéléologie

Dans les entrailles de la Terre, découvrir la beauté du monde souterrain

Dimanche 14 juin de 10h à 12h

Participez à une expédition souterraine, une découverte et un émerveillement des sens…

Voilà ce que propose le CPIE Pays de Serres – Vallée du Lot avec Guy Morala responsable de l’association Loisirs Culture services Nature Evasion, animateur sportif diplômé il sera notre guide privilégié.

Rendez vous à Cuzorn (9h30 parking du gymnase) pour rejoindre le Trou qui fume, une grotte qui comprend un kilomètre six cents de galeries. En adaptant le parcours en fonction de votre expérience et de votre endurance, Guy Morala nous entraînera dans les profondeurs, entre stalactites et stalagmites, certaines datant de plus de cent soixante-cinq millions d’années. Vous parcourez des zones orangées, colorées par le minerai de fer, et d’autres parties où sont incrustées des particules brillantes. Il s’agit de dépôts de calcite. Vous apprécierez également les draperies creusées dans la terre. Quelques-unes forment des colonnes de toute beauté. Dans l’obscurité, à la lueur des lampes et des équipements spéléo spécialisés, vous serez sensible à tous les bruits de la galerie… Une expérience unique. Sensations garanties

Participation aux frais :

Plein tarif : 20 €

Tarif spécial Adhérents CPIE ARPE 47 : 15 €

Prévoir vêtements pour activités : vieux vêtements, salopette, bottes ou grosses chaussures.

Porter vêtements et chaussures de rechange pour se changer après l’activité.

Débutants et enfants acceptés. Encadrement spécialisé. Sécurité maximale pour débutants

(Possibilité de pique nique sur place en suivant, avec repas sorti du panier).

Pour que cette activité puisse s’effectuer, un nombre minimum de participant est requis, les inscriptions se font :

Par téléphone : 05 53 36 73 34 ou 05 53 71 05 34

Par mail : arpe.47@wanadoo.fr ou arpenergie@wanadoo.fr

 

- Le coup de g….. d’un paysan bio !

Posté : 17 avril, 2015 @ 12:47 dans Environnement, Réflexions diverses et variées | Pas de commentaires »

Merci à une fidèle lectrice de nous avoir fait passer cette information, sous forme de vidéo et de pétition, coup de gueule d’un paysan bio contre une administration aux décisions souvent ubuesques !

biteau

Lien vers le site et la vidéo

 

 

1...34567
 

Christophe Gazam Betty - an... |
Dodge Xenon Headlights |
Politiqueanalyse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Petit-Quevilly Bleu Marine
| Le Petit-Quevilly Bleu Marine
| Aucoeurduvillage