Masquieres : les Chroniques

L'actualité de la vie à Masquières (Lot et Garonne)

– Samedi prochain à la Vergnote

Classé dans : Environnement,Vergnote — 19 novembre 2014 @ 18 h 44 min
Chantier participatif à Masquières : arrachage d’une plante envahissante DSCN7484

Le site du Vallon de la Vergnote, Espace Naturel Sensible situé sur la commune de Masquières, présente un lac (dont la commune est propriétaire) dans lequel une plante exotique envahissante se développe : l’élodée crépue.

Depuis 2013, cette plante se reproduit par multiplication végétative à une vitesse surprenante, et colonise de plus en plus le lac. Elle empêche ainsi les plantes locales de se développer et déséquilibre l’écosystème. Si personne n’intervient, le lac pourrait finir par disparaître…

Le CPIE a donc décider d’engager une action de contrôle de cette plante envahissante en organisant des chantiers d’arrachage de l’élodée crépue, faisant appel aux bénévoles. Après vidange partielle du lac, nous pourrons accéder facilement aux plantes et les ramener au bord à l’aide de râteaux.

Le premier chantier est prévu pour le samedi 22 Novembre, nous vous attendons nombreux pour nous aider à éliminer cette plante !

Contactez-nous au 05.53.36.73.34 ou par mail (arpe.47@wanadoo.fr) pour plus d’informations et pour vous inscrire à cette journée

Rendez vous sur place à partir de 10h, munis de bottes et de rateaux (si possible) pour partager cette experience dans la bonne humeur. Venez nous rejoindre quand vous voulez et restez le temps qui vous plaira pour apporter votre coup de main. Possibilité de pique niquer sur place tous ensemble

Zoom sur l’élodée crépue DSCN7475L’élodée crépue (Lagarosiphon major en latin) est originaire d’Afrique du Sud. Il est utilisé en aquariophilie et est présent dans les étangs depuis le milieu du 20eme siècle. A la suite d’introductions volontaires, il a présenté un caractère proliférant, au détriment des plantes indigènes et locales.

Comment la reconnaitre ?

C’est une plante submergée qui s’ancre au fond par un rhizome vivace et ramifié, avec une préférence pour les sols vaseux. Les tiges sont recouvertes d’une succession de feuilles étroites alternées en spirale et recourbées vers le bas. L’extrémité des tiges comporte un ensemble de feuilles très denses formant un « plumeau ».

Biologie et écologie

En France, seuls les pieds femelles ont été importés. Ils développent de petites fleurs blanches à la surface de l »eau.
La multiplication se fait exclusivement de façon végétative : A la faveur de cassures de la tige, chaque bouture peut développer des racines, afin de permettre un nouvel enracinement.
Cette plante se développe dans les lacs, rivières et étangs avec de faibles exigences écologiques. Elle préfère les eaux relativement chaudes mais tolère une large gamme de températures et se développe jusqu’à 7 m de profondeur, car ses besoins en lumière sont faibles.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

 

Christophe Gazam Betty - an... |
Dodge Xenon Headlights |
Politiqueanalyse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Petit-Quevilly Bleu Marine
| Le Petit-Quevilly Bleu Marine
| Aucoeurduvillage