Masquieres : les Chroniques

L'actualité de la vie à Masquières (Lot et Garonne)

Archive pour le 14 novembre, 2014

- Notes sur le conseil municipal du 10 novembre 2014

Posté : 14 novembre, 2014 @ 9:50 dans A propos du Conseil municipal | Pas de commentaires »

(Nota : Ces notes sont celles d’André Bouyssou puisque je n’étais pas présent à ce conseil. Patrick Beaumier)

 

Absents : Avequin Jean Luc, Beaumier Patrick (pouvoir à André Bouyssou), Bieber Willy, Bouyssou Christine.

Ouverture de la séance du conseil municipal

1° Point

Je demande que les réunions de conseil municipal ne soient plus dans les périodes de fêtes, ponts ou vacances.

2° Point

Lecture du compte-rendu du conseil du 9 septembre 2014. Pour ce qui me concerne, je demande qu’à chaque vote soient indiqués le nom des personnes ayant voté pour, contre ou se sont abstenus.

Ordre du jour

1° point : Pole de mémoire

Mr le Maire propose une subvention de 150€ indiquant que d’autres communes ont voté ce montant. De mon côté, je me suis renseigné auprés des communes de Saint Vite (subvention 50€), Courbiac (subvention 65€) et Anthé (prévu subvention 50€ et a finalement donné un peu plus).

La subvention de Masquières est votée à 150€ par 6 voix pour et 2 voix contre (A. Bouyssou et P. Beaumier).

2° point : Devis élagage des peupliers

Sous mon mandat, fin 2013, un devis a été fait par Mr Vignolo de Mauroux, d’un montant de 400,00€ pour la taille des 2 peupliers, sans enlèvement des bois. Pour des raisons de temps, la taille a été reportée en octobre de cette année. Mr le Maire a demandé un nouveau devis à Mr Delpech de Dausse pour un montant identique de 400,00€. C’est ce devis qui a été retenu par une partie du conseil. Pas de réponse de ma part.

3° point : CU de Mr Fabrice Medjani

Après discussion et sachant que ce terrain se trouve en dehors de la zone constructible du PLUI en cours, une délibération du conseil me semble être plutôt du copinage qu’autre chose.

La motivation a été acceptée par 6 voix pour, une abstention de ma part en attendant la délibération du point n°9 pour le CU demandé par Aurélie Bouyssou et une voix contre (P. Beaumier).

4° point : adhésion à Clé Vacances

Il est demandé le règlement de frais complémentaires de 90,00€ pour l’inscription du gite communal dans certaines publicités devenant payantes.

Avis favorable.

5° point : Subvention complémentaire au Comité des fêtes

Report du point au prochain budget.

6° point : Réfection du monument aux morts et du calvaire

2 devis ont été demandés :

Pour le calvaire, Mr Sanchez = 720,00€ et Mr Steinbach = 1980,00€.

Pour le monument aux morts, Mr Sanchez = 1100,00€ et Mr Steinbach = 610,00€.

L’entreprise Sanchez a été retenue.

7° point : Jeux pour enfants, table et bancs sur la place

2 devis ont été présentés :

ALEC : Jeux d’enfants = 6.364,00€ HT, 1 table avec bancs = 255,00€, soit un total de 6.619,00€.

GAMM VERT : Jeux d’enfants = 4.600,00€ HT, 1 table avec bancs = 132,00€, soit un total de 4.732,00€.

Dans le devis d’ALEC, le jeu à ressorts coûte 738,00€ HT.

Dans ces prix, ne sont pas comptés la mise en place, le terrassement, le gravier et les clôtures.

J’ai demandé que soit consulté l’entreprise Carnejac à Montaigu pour établir un devis pour 1 ou 2 tables avec bancs.

La décision du projet est reportée.

8° point : chemins ruraux

Une visite des chemins va être faite pour estimer le calcaire à faire rentrer pour l’entretien de ces chemins.

A suivre.

9° point : Courrier d’Aurélie Bouyssou pour le CU de son terrain

La discussion est ouverte suite au courrier d’Aurélie Bouyssou.

Sachant que le PLUI n’est pas encore arrêté, elle demande par courrier recommandé le changement de la classification de son terrain de 2AU en 1AU, pour pouvoir demander un CU. Le terrain actuellement classé en 2AU ne serait de ce fait pas constructible. Tous les réseaux se trouvent sur ce terrain.

Mr le Maire et le 1° Adjoint ne veulent prendre aucune décision avant le retour du Tribunal Administratif qui a été sollicité suite à un premier refus de CU.

Une faute a été commise par Mr le Maire, car un courrier recommandé envoyé au Maire et à son conseil aurait du être discuté en conseil municipal avant qu’une réponse ne soit adressée à l’intéressée.

Questions diverses

Le 1° Adjoint propose de faire des invitations aux personnes de la commune pour leur souhaiter le Nouvel An en 2015.

Moins important !! Le compte-rendu des réunions de Fumel Communauté se fera lors d’un prochain conseil !

 

 

 

 

La Vergnote, notre ENS

Posté : 14 novembre, 2014 @ 9:05 dans Vergnote | 3 commentaires »

C’est par ce titre que je donnerai régulièrement des nouvelles du projet d’ENS de la Vergnote.

ENS ? Non, il ne s’agit pas d’éducation nationale, mais d’Espace Naturel Sensible.

Un peu de géographie pour commencer :

- le vallon de la Vergnote, au sud de Masquières, commence grosso modo au pied de la ferme de Mr Gary à Montberou et se termine aprés le lac de l’ASA à Lartel, vers Courbiac. Les altitudes sur le haut des coteaux qui l’entourent sont comprises entre 230 et 260m (point culminant ! des Faures). L’altitude du vallon va de 245 à 190m.

- la Vergnote qui circule dans le vallon, prend sa source à l’extrémité est du vallon. C’est un cours d’eau alimenté par le système karstique des plateaux calcaires environnants, jamais à sec (il faudra quand même que je m’en assure auprès des anciens). Elle a longtemps était captée pour alimenter Saux en eau.

- la Vergnote est un affluent du Boudouyssou. Son lit (1,2 kms) est formé de concrétions tufeuses dues à une forte concentration en carbonates.

C’est un espace naturel riche où s’entremêlent patrimoine naturel, hydrogéologie remarquable et histoire de l’occupation humaine.

Un peu d’histoire pour continuer :

Au début du 20° siècle l’exode rural, les guerres ont engendré un déclin démographique important à Masquières. Le village qui comptait 439 habitants en 1876 n’en compte plus que 295 en 1911. il n’en comptera plus que 96 en 1975, mais la pente remonte !

Jusqu’au 20° siècle, le vallon accueille une activité de polyculture-élevage. On y trouve des vignes, du pâturage et la culture du blé qui alimente les moulins de Pilate et de Lartel.

Les traces de la présence humaine sont importantes : faible taille des parcelles (en zone humide, 40% des parcelles ont une taille inférieure à 10 ares), murets et gariote (abri dans un muret de pierres sèches), lavoirs, réseau de chemins existant déjà sur les cartes napoléoniennes.

L’intérêt pour ce vallon se traduit clairement au travers du lieu-dit « Fonsantus » (Founsantus au 19° siècle) où se trouve la source de la Vergnote : « Fonsa » désigne un bas-fond humide et associé à « Santus » se traduit par « Sainte Source ».

A la fin du 18° siècle, l’activité agricole se cantonne à la production de céréales, même sur les parcelles les plus compliquées à travailler. L’élevage arrivera plus tard.

Dans la seconde moitié du 20° siècle, l’activité paysanne décline dans le vallon, du à une topographie peu adéquate pour une agriculture mécanisée.

Dès l’époque napoléonienne, un réseau de chemins sillonne le vallon (chemin de Tournon à Faures, chemin du moulin de Pilate), certains sont encore utilisés, d’autres se sont perdus.

Aujourd’hui, le taillis domine largement dans le vallon, mais exclusivement sur les versants. Les prés sont dominants autour de la zone humide. Autour du vallon, on trouve une activité essentiellement agricole, autour des céréales, de la vigne et des prairies.

Un soupçon de géologie et d’hydrographie pour clore ce premier chapitre :

La structure géologique des bassins versants et du vallon est composée de roches calcaires. En cas de pluie, il n’y a pas ou très peu d’écoulement de surface et les eaux se retrouvent rapidement à la source de la Vergnote.

Il faut comparer le système karstique à une grosse éponge. Quand elle est saturée, l’eau s’écoule assez rapidement à travers « les trous ». Quand il ne pleut plus, elle continue à restituer ce qui est stocké.

A l’origine (1820), le ruisseau longeait le coteau des Faures. Le captage de la source a modifié le cours du ruisseau. Il n’y a plus de captage de la source depuis 2007 pour un usage d’eau potable.

C’est une eau particulièrement dure qui coule à la source (27 mg/L en 2006) et le taux de nitrate dépasse souvent la limite règlementaire de 50 mg/L.

Le site du vallon de la Vergnote bénéficie d’un climat que les spécialistes appellent « sub-atlantique à influence méditerranéenne » (ouf !). La pluviométrie est plutôt bien répartie avec un pic en mai (74,8mm en moyenne) et un cumul moyen de précipitations de 698,6mm (ne vous fiez pas aux deux dernières années..).

Les températures moyennes mensuelles varient de 5,7°C en janvier à 21,6°C en juillet.

Toutes ces informations sont issues du travail effectué par le CPIE de Villeneuve dans le cadre d’un plan de gestion du vallon comme Espace Naturel Sensible.

Dans le prochain épisode, je vous raconterai comment ce site unique est devenu un ENS !

 

 

Christophe Gazam Betty - an... |
Dodge Xenon Headlights |
Politiqueanalyse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Petit-Quevilly Bleu Marine
| Le Petit-Quevilly Bleu Marine
| Aucoeurduvillage