Masquieres : les Chroniques

L'actualité de la vie à Masquières (Lot et Garonne)

Les quads

Classé dans : Point de vue — 17 septembre 2014 @ 11 h 44 min

Je publie sur le blog un article que La Feuille a eu la gentillesse de publier dans son dernier numéro, article qui est un point de vue sur un « loisir » très en vogue dans la région.

« Amateur de promenades sylvestres et de ptits chemins qui sentent la noisette, ce lecteur raconte ses rencontres avec les pilotes de quads. Vroom !

UNE ESPECE PROTEGEE, HELAS EN VOIE D’EXPANSION

 Je voudrais vous faire partager mon inquiétude sur la prolifération d’une espèce protégée, invasive et en voie d’expansion : le pilotus quadus.

Randonneur, amateur de nature sauvage et de beaux paysages gratuitement offerts, je suis très intrigué par cette espèce invasive, importée depuis quelques années dans notre pays, et qui prolifère spécialement aux beaux jours. Il semble qu’elle craigne le froid et qu’elle hiberne dès le début de l’hiver. J’ai donc décidé de mener une étude approfondie sur ses mœurs et ses comportements.

D’abord, il semble que le pilotus quadus n’a aucun sens de l’orientation puisqu’il faut en permanence des pilotus quadus pilotes pour lui indiquer quel chemin il doit emprunter. Hélas, ils le font à grand renfort de rubalise accrochée dans les arbres, du plus bel effet, et donc je suppose le pilotus quadus un peu bigleux, mais je n’en ai pas l’absolue certitude.

Il me faudrait pour cela mener une étude complémentaire sur sa vision car le pilotus quadus ne se déplace dans la nature que muni d’un étrange couvre-chef qui lui empêche une vision périphérique sur la nature qu’il parcoure.

Ensuite, le pilotus quadus ne semble avoir été importé que dans un but destructeur : destruction de la faune, destruction des sentiers de randonnée, destruction de toute plante dans les chemins et quand son gabarit ne lui permet théoriquement pas de passer, il s’harnache d’accessoires coupants, tranchants, broyants, lui permettant de transformer quelques jolis petits sentiers pédestres ou cavaliers en autoroutes à son gabarit.

Il a également une tendance auto-destructrice car j’ai pu constater lors de mon étude qu’en détruisant petit à petit les chemins qu’il emprunte lors de son passage, il finit par les rendre quasiment impraticables à son propre déplacement.

Le pilotus quadus est également une espèce particulièrement polluante : pollution atmosphérique, pollution sonore, pollution visuelle, c’est également une espèce très énergivore quand on la compare aux autres espèces communes dans les mêmes lieux. Oserais-je en conclure qu’il doit nécessairement absorber sa dose de CO² pour survivre et que l’oxygène l’incommode ?  Mon étude, je vous l’accorde assez sommaire ne m’a pas permis là aussi d’être affirmatif.

C’est peut-être pour cela que le pilotus quadus n’est pas très partageur : il encombrera systématiquement le passage s’il croise un homo-pedibus, un homo-cavalius ou un homo-vetetus, toutes espèces non polluantes et non énergivores.

Ayant eu l’occasion de décrypter son langage, j’ai compris qu’il revendiquait une forme de « balade/randonnée » dont je n’ai pas du tout compris l’objectif. En effet, quand il se déplace, le pilotus quadus cherche avant tout la vitesse de déplacement ; il doit donc être concentré sur le chemin qu’il emprunte sinon il risque à tout instant l’accident. Il n’a donc aucun regard sur l’environnement qu’il traverse, aucune considération pour la faune qu’il dérange et bouscule, aucun attrait pour la beauté de la nature qu’il ne distingue qu’à travers l’étroitesse de vision de son couvre-chef.

Alors, au vu de ce résultat d’étude alarmant, je m’interroge sur la propension de nos élus à protéger, supporter et parfois encourager cette espèce invasive. Quel élu aura le courage un jour de défendre son territoire et de lancer l’éradication de cette espèce avant qu’elle n’envahisse l’intégralité de nos espaces naturels ?

Quant à moi, je propose de les regarder s’agiter dans des réserves zoologiques spécialisées, hors de nos merveilleux sentiers de randonnée. Ils pourraient s’y ébattre entre eux, sans perturber l’environnement calme qui est celui partagé en bonne harmonie par les autres espèces.

A la fin de cet été météorologiquement bizarre, je n’attends que le moment où pilotus quadus va rentrer dans son terrier souvent urbain, pour son hibernation,  et me laisser de nouveau savourer ce que la nature m’offre, en toute simplicité. »

 Commentaire de La Feuille :

« ZONES DE LOISIRS : DEPOTOIRS A DECIBELS ?

Chaque été que le bon Dieu fait c’est la même chanson. L’urbain (pas forcément de terres lointaines) vient « prendre l’air » et surtout se défouler dans les zones de loisirs et les riverains dérouillent sans que les élus se soucient de ramener les utilisateurs des sites à un minimum de courtoisie et de respect de la vie en commun.

Cela va des scooters des mers menaçant les paisibles baigneurs qui n’ont qu’à fuir s’ils ne veulent pas être transformés en rondelles de saucisson, à tous les types de sports buyants.

Comment éduquer les jeunes qui tapent dans un ballon au pied des HLM en gueulant tout ce qu’ils savent jusqu’à pas d’heure si les adultes, lâchés loin de chez eux (leur tranquillité « à eux » étant évidemment sacrée) y vont à fond les manettes avec aéromodélisme tapageur, tirs sans limite, hors bords sur de paisibles rivières ou ball-trap assourdissant ?

Même à la plage vous ne serez pas à l’abri des conversations interminables de la gamine au portable. Le Français est ainsi fait qu’il a totalement oublié que la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres. On a encore en mémoire les panneaux des agriculteurs à leurs clients : « Foutez-nous la paix et laissez-nous travailler « …. et polluer et empêcher les gites ruraux d’accueillir leurs clients à cause du bruit ! »

DSCN7201

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Christophe Gazam Betty - an... |
Dodge Xenon Headlights |
Politiqueanalyse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Petit-Quevilly Bleu Marine
| Le Petit-Quevilly Bleu Marine
| Aucoeurduvillage